Comprendre la réforme du baccalauréat et le choix des spécialités

  • La réforme du Bac
  • |
  • Le Grand Oral du Bac
  • |
  • Le Bac de français
 
 
 
 

Les années lycées : trois années déterminantes

 

 
 
 
 

Les différentes épreuves du bac 2021

A partir de 2021, le baccalauréat prendra la forme de 5 épreuves, comptant pour 60% de la note finale :

  • En première : les épreuves écrites et orales de français
  • En terminale : l’épreuve de philosophie, les 2 épreuves de spécialités et le Grand Oral autour d’un projet

 Les 40% restants seront évalués en contrôle continu sur les années de première et de terminale :

  • 30% correspondent aux notes des épreuves communes continues
  • 10% résulteront des notes de vos bulletins de première et de terminale

 

 

 

Les bulletins scolaires de première et terminale : 10 % de l’évaluation

Il s’agit de la moyenne des notes obtenues aux DST dans les enseignements suivis en première et terminale. Toutes les notes ont un coefficient égal dans le calcul de la moyenne. Sont concernés :

  • Les 8 enseignements communs : français, histoire-géographie, philosophie, LV1, LV2, enseignement scientifique, enseignement moral et civique, éducation physique et sportive.
  • Des 3 enseignements de spécialité en Première puis les 2 conservés en terminale
  • Des enseignements optionnels au choix : 1 suivi en classe de Première puis de terminale + 1 suivi en classe de terminale.

Pour les matières du latin et du grec, les points au-dessus de 10/20 sont considérées comme des points bonus (coefficient 3) et ajoutés à la somme des points obtenus par le candidat à l’examen.

Les épreuves communes continues : 30 % de l’évaluation

En classes de première et de terminale, 6 matières sont évaluées durant des contrôles continus, avec ici aussi un coefficient égal dans le calcul de la moyenne.
A noter que la copie est corrigée par un enseignant autre que le professeur du candidat dans la matière. Par ailleurs, les sujets sont composés d’exercices et d’énoncés centralisés dans une banque nationale numérique.

L’enseignement de spécialité suivi uniquement pendant la classe de Première est évalué en une seule épreuve en fin de Première.

Les épreuves finales : 60 % de la note finale

Pour les épreuves restantes, les étudiants sont évalués sur un examen final, avec cette fois ci des coefficients différents selon les matières. Les spécialités et l’oral, qui est lié à celles-ci, représentent au total 42% des coefficients totaux.

Le calcul des résultats et l’affectation des mentions

Le baccalauréat, reste attribué, malgré la réforme, à partir de 10/20 de moyenne générale. A noter qu’il y a aucune note éliminatoire comme il peut exister dans certains concours. Le système des mentions est maintenu.

Enfin, le rattrapage continue d’exister pour les étudiants dont la moyenne initiale serait comprise entre 8 et 9,99 / 20. Les étudiants passent alors deux oraux parmi les 4 matières évaluées en contrôle final durant l’année de terminale. Si les notes obtenues aux oraux sont supérieures à celles des écrits, elles les remplacent et la moyenne est recalculée.

Cela donne donc :

  • Moyenne générale < 8/20 : refusé sans rattrapage
  • Moyenne entre 8 et 10/20 : 2 oraux de rattrapage
  • Moyenne entre 10 et 12/20 : Admis sans mention
  • Moyenne entre 12 et 14/20 : Admis avec mention Assez Bien
  • Moyenne entre 14 et 16/20 : Admis avec mention Bien
  • Moyenne supérieure à 16/20 : Admis avec mention Très Bien

 

A titre d’exemple, voici quel serait le calcul réalisé pour un élève fictif : 

Matières

Notes

Coefficient

Nombre de points total

Moyenne des contrôles sur table

13

10

130

Moyenne des 3 épreuves en contrôle continu

11,5

30

345

Ecrit de français

12

5

60

Oral de français

13

5

65

Philosophie

7

8

56

1ère spécialité

16

16

256

2ème spécialité

13

16

208

Grand Oral

12

10

 

Option (ex : Mathématiques renforcées)

12

5 (bonus : points au dessus de la moyenne)

10

TOTAL

 

100

1250

 

Le total est donc de 1250 points sur 2000, soit une moyenne de 12,5/20.
L’étudiant aura donc la mention Assez Bien au baccalauréat !

 

 
 
 
 

Bac 2021 : quels enseignements de spécialité pour quelles études ?

Nous sommes conscients que le choix des spécialités, par son côté irréversible, revêt ainsi un enjeu particulier. Pour vous aider dans vos choix, nous vous donnons ci-dessous quelques indications (qui sont aussi celles des responsables de ces filières) quant aux spécialités à privilégier en fonction de vos souhaits d’orientation.

Notez bien qu’il s’agit d’indications et non d’obligations ! A titre d’exemple, les dirigeants des écoles membres de la Conférence des Grandes Ecoles et ceux des classes préparatoires ont signé une charte mettant en avant une sélection sans « hiérarchie de spécialités ni parcours imposé ».

Nous détaillons d’abord les principales filières sélectives de l’enseignement supérieure et vous proposons en fin de page un tableau récapitulatif.

 

Les classes préparatoires aux grandes écoles (CPGE)

Les CPGE scientifiques (PCSI, MPSI, PTSI, TSI, BCPST)

Ces filières demandent pour réussir un niveau scientifique important, et l’étudiant ne pourra pas faire l’impasse sur les spécialités associées. Pour les voies PCSI, MPSI, PTSI et TSI, les spécialités Mathématiques et Physique-Chimie sont quasi obligatoires. La troisième spécialité de terminale est plus libre et peut prendre en compte les goûts des étudiants. A noter que l’option Mathématiques expertes est là aussi vivement conseillée pour pouvoir tenir le rythme de la classe préparatoire.

La filière BCPST, légèrement différente, demande des connaissances en Sciences de la vie et de la Terre. Ainsi, cette spécialité devient vivement conseillée en première et en terminale. L’autre option conservée pourra être Mathématiques ou Physique-Chimie. A noter que selon le choix de cette deuxième spécialité conservée en terminale, il est conseillé de prendre option Mathématiques expertes (si combinaison SVT + Maths) ou Mathématiques complémentaires (si combinaison SVT + PC).

Les CPGE économiques (ECS, ECE)

Cette orientation demande tout d’abord aux étudiants d’avoir un profil complet, tout en montrant un niveau a minima correct en mathématiques. Cette dernière matière devient donc là-aussi vivement conseillée en première et en terminale.
Pour les choix restants, un choix relativement large revient à l’étudiant parmi des spécialités autour de l’histoire, de la géopolitique ou des langues. Si l’étudiant, au moment des choix de spécialités, souhaite déjà se tourner vers les classes préparatoires HEC, les spécialités Physique-Chimie et Sciences de la vie et de la Terre ne revêtent pas un intérêt particulier.

Enfin, l’option Mathématiques complémentaires est conseillée. Si l’étudiant fait le choix de ne pas retenir la spécialité Mathématiques en terminale, l’option Mathématiques complémentaires devient extrêmement conseillée.

Les CPGE littéraires (BL, AL, Chartes)

Ces filières nécessitent pour les étudiants y candidatant une culture littéraire, historique, philosophique importante ainsi qu’un bon niveau de langues.
Ainsi, si aucune spécialité ne se distingue particulièrement, le choix peut se restreindre à Humanités, littérature et philosophie, Histoire-géographie, géopolitique et sciences politiques, Littérature, langues et cultures de l’Antiquité ou Langues, littératures et cultures étrangères.

Les prépas B/L (prépa littéraire option Mathématiques) seront, exception faite, sensible à une spécialité Mathématiques ou à l’option Mathématiques complémentaires.

Quant aux options, le choix est là- aussi assez large et nous conseillons aux étudiants (sauf aux étudiants candidats en B/L sans une spécialité Mathématiques en terminale) les options Arts, Droit et grands enjeux du monde contemporain ou Langues et cultures de l’Antiquité

Pour les étudiants candidatant à la classe préparatoire à l’école des Chartes, les options Grec ou Latin sont cependant conseillées.

Les écoles d’ingénieurs Post-Bac

A l’instar des classes préparatoires scientifiques, ces filières demandent un bon niveau en mathématiques et physique-chimie.
Les concours Puissance-Alpha, Advance, Avenir et Geipi-Polytech proposent également dans leurs concours une épreuve d’anglais. La spécialité Langues, littératures et cultures étrangères peut donc être également un choix payant en option de Première, si les spécialités les plus logiques (Sciences de l’ingénieur, Numérique et science informatique, Sciences de la vie et de la Terre) n’enthousiasment pas l’étudiant.

En option, Mathématiques renforcées est là-aussi vivement conseillée.

Les écoles de commerce Post-Bac

Tout comme les classes préparatoires économiques, les étudiants présentant les concours des écoles de commerce Post-Bac (Accès, Sésame, Passerelle Bachelor, Pass…) doivent présenter un profil équilibré.

Les concours demandent d’abord un bon niveau de mathématiques et d’anglais. Ainsi, la spécialité mathématiques semble s’imposer. Pour accompagner cette dernière, l’étudiant dispose d’une liberté assez large, même si des spécialités telles que Sciences économiques et sociales, Numériques et sciences informatiques voire Langues et littératures étrangères peuvent se détacher.

Là aussi, l’option mathématiques renforcée est une bonne idée, notamment pour les étudiants qui souhaitent présenter le concours Accès, dont l’épreuve mathématiques est loin d’être évidente. Pour les étudiants visant plutôt le concours Sésame, l’option Maths complémentaire sera tout à fait envisageable également.

Les Instituts d’études politiques (IEP)

Les étudiants souhaitant intégrer un institut d’études politiques (IEP) doivent d’abord témoigner d’une curiosité pour le monde, la société et ses enjeux.  Une fois dans ces institutions, les étudiants étudieront principalement l’histoire, le droit, la sociologie, les sciences politiques et l’économie. Par ailleurs, les concours des IEP de Province (concours commun) propose dans leur concours une épreuve d’histoire et une épreuve d’anglais.

Ainsi, les spécialités Histoire-géographie, géopolitique et sciences politiques, Sciences économiques et sociales ou Humanités, littérature et philosophie, Langues, littératures et cultures étrangères sont les plus intéressantes pour les étudiants.

Quant aux options, le plus pertinent paraît droit et grands enjeux dans le monde contemporain (en terminale).

La PACES

La réforme de la PACES ne modifie pas singulièrement les pré-requis pour les étudiants.
Les spécialités les plus pertinentes sont sans surprise Mathématiques, Physique-Chimie et Sciences de la vie et de la Terre. En terminale, il est indispensable de conserver la spécialité Physique-Chimie.

Dans une moindre mesure, la spécialité Humanités, littérature et philosophie peut également être une option envisageable.

Si jamais l’étudiant venait à ne pas suivre la spécialité Mathématiques en terminale, l’option Mathématiques complémentaire est fortement recommandée.

Tableau récapitulatif :

Ces éléments synthétisent les déclarations des dirigeants d’écoles, responsables de filières, membres du ministère, mais aussi les informations recueillies par PGE PGO auprès de certains spécialistes (conseillers d’orientation, professeurs de classes préparatoires, directeurs d’écoles de commerce ou d’ingénieurs, jurys de concours en IEP…).

Il n’est pas à prendre « au pied de la lettre » mais permet d’insister sur les cohérences entre les spécialités et les choix d’orientation.

 

Filières sélectives

Spécialités conseillées en première

Spécialités conseillées en terminale

Options conseillées en terminale

CPGE scientifique (PCSI, MPSI, PTSI, TSI)

  • Mathématiques
  • Physique-chimie
  • Sciences de l’ingénieur ou Numérique et science informatique
  • Mathématiques
  • Physique-chimie

Mathématiques expertes

CPGE scientifique (BCPST)

  • Mathématiques
  • Physique-chimie
  • Sciences de la vie et de la Terre
  • Sciences de la vie et de la Terre
  • Physique-chimie ou Mathématiques

Mathématiques complémentaires (si choix de la Physique-Chimie en terminale) ou expertes (si choix des mathématiques)

CPGE économique

  • Mathématiques (vivement conseillée)

+ 2 autres spécialités parmi :

  • Histoire-géographie, géopolitique et sciences politique
  • Sciences économiques et sociales
  • Humanités, Littérature et Philosophie
  • Langues, littératures et cultures étrangères
  • Mathématiques
  • Autre spécialité au choix parmi les 4 autres proposées
  • Mathématiques renforcées

  • Possibilité également de ne pas choisir d’option

CPGE littéraire

  • Humanités, littérature et philosophie ou Histoire-géographie, géopolitique et sciences politiques
  • Littérature, langues et cultures de l’Antiquité ou Langues, littératures et cultures étrangères
  • Spécialité Mathématiques pour la prépa B/L
  • Arts

ou

  • Droit et grands enjeux du monde contemporain

ou

  • Langues et cultures de l’Antiquité

Ecole d’ingénieurs post-bac

  • Mathématiques
  • Physique-chimie
  • Sciences de l’ingénieur ou Numérique et sciences informatiques ou Sciences de la vie et de la Terre ou littératures et cultures étrangères
  • Mathématiques
  • Physique-chimie

Mathématiques expertes (en terminale)

Ecole de commerce post-bac

  • Mathématiques

+ 2 autres spécialités parmi :

  • Sciences économiques et sociales
  • Numériques et sciences informatiques
  • Langues et littératures étrangères

2 parmi :

  • Mathématiques
  • Sciences économiques et sociales
  • Numériques et sciences informatiques
  • Langues et littératures étrangères
  • Mathématiques expertes (en terminale) conseillée mais pas obligatoire
  • Mathématiques complémentaires sinon

IEP

3 puis 2 spécialités parmi

  • Histoire-géographie, géopolitique et sciences politiques
  • Sciences économiques et sociales ou Humanités, littérature et philosophie
  • Langues, littératures et cultures étrangères

Droit et grands enjeux du monde contemporain

PACES

  • Mathématiques
  • Physique-chimie
  • Sciences de la vie et de la Terre
  • Physique-chimie
  • Sciences de la vie et de la Terre ou Mathématiques
  • Mathématiques complémentaires (si SVT + physique-chimie)
  • Mathématiques expertes (si mathématiques + physiques)

Focus sur l’épreuve du Grand Oral (source : site officiel de l’Education Nationale)

L’épreuve se déroule en trois temps : un premier temps où vous êtes debout devant le jury (sauf cas particulier), et les 2 autres temps d’échange assis ou debout selon votre choix.

Temps 1 : vous présentez une question (5 minutes)

Vous avez préparé en avance 2 questions avec vos professeurs portant sur vos spécialités.

Pour la voie générale, elles peuvent ne concerner qu’une seule de vos spécialités, ou les deux en même temps. Par exemple, si vos 2 spécialités sont histoire-géographie et SVT, la question peut porter sur l’histoire de la médecine. Pour la voie technologique, ces questions s’appuient sur une des spécialités de votre série.

Au début de l’épreuve, vous présentez donc ces 2 questions au jury, qui en choisit une.
Vous avez ensuite 20 minutes de préparation pour mettre en ordre vos idées et créer un support (une carte, un graphique, un schéma, etc.) à donner au jury. Ce support n’est pas évalué. Votre exposé se fait sans note.

Une fois que l’épreuve orale commence, vous devez expliquer pourquoi vous avez choisi de préparer cette question et répondre aux questions du jury. Le jury évalue votre argumentation et vos qualités oratoires.

Temps 2 : vous échangez avec le jury (10 minutes)

Par la suite, le jury vous demande d’approfondir votre pensée. Ce temps d’échange permet surtout de mettre en valeur vos connaissances liées au programme des spécialités suivies en première et terminale, et vos capacités argumentatives.

Temps 3 : vous échangez avec le jury sur votre projet d’orientation (5 minutes)

Vous expliquez en quoi la question traitée est utile pour votre projet de poursuite d’études, et même pour votre projet professionnel.

Vous présentez les différentes étapes qui vous ont permis d’avancer dans votre projet (rencontres, engagements, stages, mobilité internationale, intérêt pour les enseignements communs, choix des spécialités, etc.). Le jury prête attention ici à votre manière d’exprimer une réflexion personnelle et à vos motivations.

À noter : pour la voie générale, si votre question concerne la spécialité « Langues, littératures et cultures étrangères et régionales », vous pouvez passer les deux premiers temps du Grand oral en langue vivante.

La composition du jury du Grand oral

Dans le jury, il y a 2 professeurs de matières différentes :

  • un professeur d’une de vos spécialités (ou un professeur de la spécialité de votre série pour la voie technologique)
  • un professeur de l’autre spécialité ou d’un des enseignements communs, ou un professeur-documentaliste.

Les épreuves anticipées de français au Bac

Les épreuves anticipées écrite et orale de français du baccalauréat sont en ligne de mire de la classe de Première. L’année est consacrée à leur préparation. Des savoirs solides doivent être acquis, et la méthodologie des différents exercices maîtrisée.

 

L’écrit

À l’écrit, il s’agit d’être capable de rédiger en quatre heures un commentaire sur un texte littéraire, ou une dissertation à partir d’une œuvre travaillée en classe et un parcours associé. Dans les deux exercices, au choix, la clarté, la correction, la fluidité et l’élégance de l’écriture sont primordiales.

 

Le commentaire écrit

Pour ce qui est du commentaire, le texte est extrait d’une œuvre que le candidat ne connaît pas, a priori. On n’exige pas de lui qu’il ait des connaissances spécifiques sur celui-ci. Il doit en produire une analyse structurée, riche et approfondie en suivant une méthode rigoureuse.

L’introduction suit un ordre précis :

1) Entrée en matière. Une ou deux phrases générales sur le genre littéraire étudié (poésie, roman, théâtre, discours …) à relier impérativement avec le thème précis du texte étudié.

2) Selon ses connaissances, présentation de l’auteur et de son mouvement, ou moins son époque, ainsi que de l’extrait lui-même. Résumer le texte de la façon la plus synthétique possible : deux ou trois phrases, qui mettent en évidence sa structure.

3) Problématique, qui doit se trouver sous la forme « Ainsi, en quoi + question ». On peut aussi utiliser « Ainsi, dans quelle mesure … ? »

On peut aussi utiliser la forme indirecte : Nous montrerons …

4) Annonce du plan. Soit à l’aide d’une phrase par partie annoncée, soit en une seule phrase.

 

La rédaction des parties du développement suit aussi un certain ordre :

1) Une phrase sur la présentation de la partie, en lien avec la problématique. (pour les premières sous-parties des parties)

2) Une phrase sur la présentation de la sous-partie.

3) Ensuite : alterner (dans un ordre qui peut varier) citation courte (ou plusieurs mots, comme des champs lexicaux) et analyse de cette citation par un procédé littéraire ou grammatical, ou par une interprétation personnelle.

Chacune des citations doit être impérativement expliquée. Les deux premières phrases de chaque sous-partie sont essentielles pour suivre que l’examinateur puisse suivre le raisonnement. Celui-ci doit être articulé à l’aide de connecteurs logiques. Il ne faut pas constituer un catalogue de remarques, en particulier si le lien entre elles n’est pas évident.

 

La dissertation

Le sujet de dissertation porte sur une question littéraire en rapport avec une œuvre et un parcours associé à cette œuvre, étudiés en classe (voir programme ci-dessous). Le principe consiste à répondre à la question de façon approfondie, structurée, argumentée, nuancée, variée et illustrée par des exemples précis. Pour ce faire, la dissertation nécessite de maîtriser l’œuvre, son contexte, le thème du parcours et son groupement de textes. Sans ces prérequis, il est très difficile de composer une bonne dissertation.

L’enjeu principal de la dissertation est de traiter le sujet proposé, et non proposer un catalogue de savoirs sur le thème. Il est impératif de repérer les mots-clés du sujet et de les définir. On donne les sens principaux de ces termes, en les reliant les uns aux autres. Il suffit de faire preuve de bon sens, et d’une connaissance courante de la langue. Le recours aux synonymes et aux équivalents (parasynonymes) est souvent utile. L’analyse de ces mots-clés délimite le champ de la réflexion et cible le problème posé et ses enjeux, en levant les implicites.

Ce phénomène de définition et analyse des mots-clés n’est autre que la problématisation de la question. Après reformulations et clarifications du sujet, il s’agit ensuite de poser une question claire (ou plusieurs en cas de sujet très long, comme une citation) à laquelle le développement répondra. C’est la problématique.

 

Le plan, constitué de parties (deux ou trois), et de sous-parties (deux ou trois par partie), peut se présenter sous deux formes, exigées par la question posée :

  • Si la question est fermée (réponse par oui ou par non), le plan doit alors être dialectique. Il confronte alors des hypothèses opposées (thèse et antithèse), qui ne doivent cependant pas se contredire : elles sont chacune valables en fonction de certaines conditions. On explore encore un troisième angle (la synthèse), qui découle souvent d’une compréhension plus précise d’un ou plusieurs termes du sujet. En résumé, la thèse développe les éléments qui vont dans le sens du sujet ; l’antithèse développe les éléments qui nuancent le sujet ; la synthèse résout l’opposition entre la thèse et l’antithèse en se focalisant sur une signification précise d’un ou plusieurs mots-clés.
  • Si la question est ouverte (toutes les autres questions), le plan doit alors être analytique (ou thématique). On envisage alors la réponse selon deux ou trois grands axes qui ne s’opposent pas. Il faut procéder du plus simple et immédiat, vers le plus complexe et subtil.

La rédaction suit un raisonnement : les parties et sous-parties commencent par des idées directrices, illustrées ensuite par des arguments et des exemples. Ces derniers doivent être précis, en s’appuyant sur des passages des œuvres, et, dans l’idéal, des citations. Toute référence contextuelle est bienvenue et, dans certains cas, essentielle.

 

L’oral

L’oral évalue les capacités de lecture à haute voix et d’analyse structurée d’un texte étudié au cours de l’année en classe, parmi une liste de 24 textes (trois pour chacune des huit séquences).

La lecture est évaluée sur 2 points, le commentaire sur 8 points. Dans cette prise de parole continue et autonome, le candidat doit produire une analyse linéaire, en suivant l’ordre du texte. Il choisit une problématique et découpe le texte en plusieurs parties cohérentes. Ce découpage doit être justifié. Le cœur de son exposé est nourri d’interprétations, de procédés et de citations expliquées, en ne perdant jamais de vue la problématique.

Après l’exposé, une question de grammaire est posée sur un extrait du texte. Elle est évaluée sur 2 points. Les types de questions sont très variés : elles peuvent porter sur des occurrences partout dans le texte (« Relevez et décrivez les compléments du nom de tout le texte ») ou se focaliser sur une phrase ou proposition en particulier (« Quelles sont les classes et fonctions grammaticales des constituants de cette phrase ? »)

Enfin, un entretien porte sur une œuvre choisie par le candidat au cours de l’année. Il compte pour 8 points. Le travail sur le contenu est primordial pour une bonne performance à l’oral, ainsi que sur l’expression orale. Celle-ci doit être claire, élégante, sans verser dans le par-cœur. L’examinateur peut poser des questions de plus en plus pointues. Il faut faire preuve de souplesse et de réactivité.

 

Le programme officiel

Le détail du programme a une importance décisive pour la dissertation et l’épreuve orale.

  • Le théâtre du XVIIe siècle au XXe siècle

Molière, Le Malade imaginaire / parcours : spectacle et comédie.

Marivaux, Les Fausses confidences / parcours : théâtre et stratagème.

Jean-Luc Lagarce, Juste la fin du monde / parcours : crise personnelle, crise familiale.

  • La poésie du XIXe siècle au XXIe siècle

Victor Hugo, Les Contemplations, livres I à IV / parcours : les mémoires d’une âme.

Charles Baudelaire, Les Fleurs du Mal / parcours : alchimie poétique : la boue et l’or.

Guillaume Apollinaire, Alcools / parcours : modernité poétique ?

  • La littérature d’idées du XVIe siècle au XVIIIe siècle

Montaigne,  Essais, « Des Cannibales », I, 31 ; « Des Coches », III, 6 [translation en français moderne autorisée] / parcours : notre monde vient d’en trouver un autre.

Jean de La Fontaine, Fables (livres VII à XI) / parcours : imagination et pensée au XVIIe siècle.

Montesquieu, Lettres persanes / parcours : le regard éloigné.

  • Le roman et le récit du Moyen Âge au XXIe siècle

Madame de Lafayette, La Princesse de Clèves / parcours : individu, morale et société.

Stendhal, Le Rouge et Noir / parcours : le personnage de roman, esthétiques et valeurs.

Marguerite Yourcenar : Mémoires d’Hadrien / parcours : soi-même comme un autre. 

01 87 66 00 50 / 06 66 89 62 63
contact@prepagrandesecoles.fr

TéMOIGNAGES

J’ai suivi la formation top5, et suis entièrement satisfait. Ma formation était complète, avec un grand suivi, et beaucoup de bonne humeur et de plaisir à former de la part des intervenants. Cette formation m’a permis de décrocher l’emlyon, mon objectif principal.

— Benjamin GRANGE (emlyon)

Je souhaiterais remercier l’ensemble de l’équipe PGE PGO. Vous m’avez véritablement aidé et accompagné dans ma préparation aux concours d’entrée en école de commerce post bac.

— Romain Durant (ESSCA)

Merci beaucoup pour votre préparation d’une très grande qualité. Elle m’a donné des conseils essentiels pour réussir. 

— Anabelle Seguret (Sciences Po Paris)

Cette année était plutôt compliquée, dû au stress. J’ai pu grâce à PGE-PGO me confronter aux concours pour mieux me préparer. Je tiens à remercier tous les professeurs qui nous ont accompagnés.

— Coline Dutartre (Sup’Biotech, concours Advance)

Merci à PGE PGO et ses professeurs merveilleux et passionnés pour cette préparation de qualité qui m’a motivé même chez moi à tout donner pour réussir les concours

— Julien Meli (IESEG)

Merci beaucoup pour vos conseils et astuces pour les écrits ou les oraux ! Je n’aurais pas eu ces superbes résultats sans PGE ! Il y avait une entraide entre les étudiants et l’équipe était bienveillante et toujours disponible !

— Laetitia Pereira (emlyon BS)

Les préparations de l’écrit et de l’oral ont été géniales dans le sens où elles ciblent parfaitement ce que demande les écoles.

— Edouard le Barazer (EDHEC)

Merci beaucoup pour cette année qui m’a permis de réussir dans ce que je souhaitais mais qui m’a également permis de prendre confiance en moi ! 

— Constance Cabibel (Grenoble EM)

Excellente formation, excellent entraînement, une équipe pédagogue et à l’écoute ! Merci pour le soutien et le professionnalisme !

— Margot Lautard (PSB)

J’ai fais PGE PGO pour préparer SciencesPo Paris, et j’ai trouvé la prépa géniale ! Les profs sont vraiment passionnés, les cours sont supers autant sur la méthode que sur le fond. Il y a un accompagnement personnalisé.

— Naoufel Debeche (Sciences Po Paris)

Cours précieux pour les écrits comme pour les oraux.

— Hugo Hazon (EDHEC)

Merci à PGE PGO grâce à qui j’ai pu intégrer Grenoble avec un joli 20 à l’oral 😁

— Thomas Bodart (Grenoble EM)

Les stages PGE PGO m’ont permis de découvrir les concours et de les travailler dans chaque discipline. La réussite des étudiants est réellement prise au sérieuse. Les professeurs étaient très agréables et c’était important pour eux de nous expliquer chaque point de cours. Ces stages m’ont permis d’obtenir l’école d’ingénieur de mon choix. Merci à eux !

— Mathilde Vert (ESEO, concours Puissance Alpha)

Excellent staff et accompagnement, intégration à l’EM Lyon à l’issue de celle-ci.

— Léonard Racon (emlyon)

PGE-PGO m’a énormément servi pour obtenir mon école, c’est certain : sans, cela aurait été beaucoup plus difficile d’obtenir mes concours. Les cours sont de qualité et il y a de très bons encadrants.

— Tanguy Morisseau (ESSCA)

Merci pour la qualité de votre préparation qui m’a permis d’être acceptée à Kedge BS, EM Normandie, ESCE, IPAG and ESSCA.

— Lou Bayle (Kedge BS)

Très bon suivi, j’ai eu l’EDHEC qui était mon 1er choix. Merci beaucoup, je recommande.

— Achille Paschos (EDHEC)